Ecole

Ondudu

Ecole

BÉNÉVOLAT

Donner de son temps
aux services des plus démunis !

Peri Naua est toujours à la recherche d'enseignants bénévoles (parlant anglais) pour la formation d'instituteurs locaux en section maternelle.
Dans votre famille ou dans votre entourage vous connaissez un étudiant à la recherche d'une expérience à l'étranger. Parlez-lui de Peri Naua !
Peu importe notre âge, en nous fourmille le savoir !
Plus que des critères requis, Peri Naua demande un engagement aux bénévoles. Selon la durée de votre séjour, vos connaissances professionnelles et humaines, votre facilité d'adaptation et vos connaissances d'anglais Peri Naua peut-être l'association qui vous permettra de vivre une expérience hors du commun.
Pour de plus amples renseignements adressez un courrier à gilles.frene@wanadoo.fr

 

Un enrichissement profond

Etudiant en Design Graphique, j’ai décidé de partir dans le cadre du service civique loin de mes études, loin de ma zone de confort, pour vivre une expérience unique … et je n’ai pas été déçu ! Volontaire à la bibliothèque ainsi qu’à l’école de temps en temps, j’ai eu la chance, que dis-je, le privilège,  de pouvoir assister et participer à la naissance d’un projet. Arrivé en septembre, nous avons, avec une autre volontaire, Anna, fait le nécessaire pour pouvoir ouvrir la bibliothèque : couverture de livres, inventaires, peintures, petits travaux, tout ce qu’il faut pour se mettre dans le bain dès le début.
Après l’ouverture de la bibliothèque, c’est une autre aventure qui commence ! Nouveau projet, pour les enfants comme pour nous, il faut penser, repensé l’organisation, être présent pour les enfants, les familiariser avec ce nouveau lieu. Et c’est là que l’aventure prend tout son sens. Des liens se créent avec les enfants, les discussions deviennent possibles et l’apprentissage en est énorme. Les enfants, ces petits bouts de choux sans barrières, s’ouvrent à nous sans complexe, dans une sincérité touchante, et, avec leurs mots, entre baragouinage en anglais et le langage universel des mains, nous apprenons à découvrir leur vie, leurs buts, leurs rêves. Ujakwa qui veut devenir médecin au canada, Hedwig qui veut, comme sa mère, devenir enseignante pour aider sa communauté, ou encore Brown qui, à l’image de son idole Barack Obama, veut devenir président (rien que ça !). Autant de noms, de visages, de rêves que je n’oublierai pas ! Ces jeunes remplis d’espoirs pour leur futur nous rappellent que, malgré la pauvreté matérielle dans laquelle ils vivent, rien n’est joué d’avance. Et si par nos petits moyens, nous pouvons les aider à croire en leurs rêves, alors tant mieux.
Car Peri Naua c’est aussi ça : par l’école et la bibliothèque, leur donner la possibilité d’un enseignement de qualité, de se cultiver, de s’améliorer dans la lecture, afin d’avoir les meilleurs chances possibles pour l’avenir, dans un milieu ou l’accès à la connaissance est un luxe parfois difficile à s’offrir.
Cette expérience, ces rencontres ont été pour moi une source d’enrichissement profonde. Il est impossible d’expliquer à quel point ces enfants, cette communauté, m’ont apporté et j’espère sincèrement avoir pu, du haut de mes faibles moyens, leur donner, ne serait-ce qu’un dixième de ce que j’ai reçu !
Je pourrais encore parler du projet plus personnel de la création d’un livre avec les enfants, qui m’as permis de rencontrer des personnes clé de la communauté, ou encore des discussions avec les volontaires locales ou les institutrices de l’école sur leur pays, son avenir et ses espoirs. Mais je pense que pouvoir retranscrire ces moments dans leur richesse originale est mission impossible et, par peur de ne pas être capable de les décrire à leur juste valeur, je vais simplement finir par Merci !
Merci à Peri Naua de m’avoir donné la chance fabuleuse de vivre cette expérience, Merci à Monique pour m’avoir accompagné dans celle-ci, ainsi que pour toute l’énergie qu’elle met dans Peri Naua, Merci à la communauté du township pour leur bienveillance, leurs sourires et leur chaleur humaine, Merci aux enfants de l’école et de la bibliothèque pour leurs simplicité et leur cœur ouvert, Merci à la famille chez qui j’ai vécu pendant ces six mois pour m’avoir accueillis comme un frère et un fils, en enfin Merci à la Namibie pour ses paysage de rêve d’abord mais surtout pour tout ce qu’elle m’a apporté, même si je suis sûr que je ne réaliserai que dans quelques années COMBIEN elle m’a apporté. Merci
Sylvain -  2 septembre 2015 – 2 mars 2016 (cadre du service civique)

 

Un bonheur quotidien


Voir une étincelle de curiosité dans le regard, remarquer le coin de la bouche qui se  relève pour dessiner un sourire, sentir le frémissement de l'impatience, apercevoir toutes les dents parce que le rire est arrivé, deviner que la réflexion commence derrière ces sourcils qui se froncent... Toutes les sensations que l'on peut ressentir face à un groupe aussi attentif sont décuplées lorsque l'histoire que l'on raconte est entendue pour la première fois par des enfants qui n'ont jamais vu un livre d'histoire auparavant. La Namibie n'est pas qu'un pays de paysages grandioses et d'animaux fascinants, c'est aussi des rêves d'enfants, des espoirs dans l'avenir, une vie simple que l'on veut meilleure, des gens qui n'ont rien mais qui partagent tout. Alors merci à Peri Naua, merci aux maîtresses et merci aux nombreux enfants qui m'ont permis de vivre cette expérience. Je ne suis pas sûre d'avoir apportée autant de choses aux 500 enfants que j'ai croisé à la bibliothèque que ce qu'ils ont pu m'apprendre. Si mes trois mois ici ont servis à au moins un enfant de se découvrir un goût pour la lecture alors ma mission aura été accomplie. Je reviens enrichie de sourires, de bonheur, de partage et pleine d'espoir pour le futur.
Anna – Aout-Déc 2015

 

Quel enrichissement !

J’ai décidé de partir en Namibie et d’œuvrer pour Peri Naua après l’obtention de mon baccalauréat, en juillet 2013. Dans le cadre d’un Service Civique, je suis restée 8 mois dans l’école afin de proposer des activités manuelles et surtout de monter, dans son intégralité, un spectacle de marionnettes.
En partant à l’étranger, je voulais vivre un dépaysement ; prendre du recul sur mon parcours, apprendre à me connaître d’avantage et à définir ma poursuite d’études. Il y avait un double enjeu : celui d’exercer une première expérience professionnelle, et ceci dans un contexte inhabituel, à l’étranger.
Dès mon arrivée, les enfants m’on tout de suite adoptée. Volontaires, créatifs et spontanés, ils ont été un vrai élément moteur permettant à mon projet de se construire petit à petit. Ensemble nous avons travaillé sur un conte local, fabriqué des marionnettes, peint les décors, inventé la mise en scène, et fait tourner le spectacle dans une dizaine d’écoles aux alentours. Chacun a trouvé son rôle et a su le mettre en valeur.  Par ce biais, les enfants, les institutrices et moi, avons eu l’opportunité de connaître  les autres écoles maternelles du township. En les comparant à Peri Naua, nous nous  sommes d’ailleurs  rendu compte que nos enfants étaient privilégiés, notamment grâce au matériel pédagogique mis à disposition, à la qualité de l’enseignement donné, mais aussi grâce au travail de Monique Escurat sur place, et au dévouement des bénévoles en France. C’est tout ce travail en amont qui permet à une cinquantaine d’enfants de sortir d’un quotidien difficile, et aussi aux volontaires de vivre des expériences exceptionnelles.
Je ne retire que des points positifs de cette année à l’autre bout du monde, où les gens sont si simples et accueillants. Au fond de moi, je sais que je garderai toujours une petite place pour la Namibie et sa chaleur. Je compte aujourd’hui faire de cette aventure quelque chose de très riche, autant sur le plan humain que professionnel.
Un grand merci pour tout.
Jeanne Marquis – 15 Octobre 2013- 15 Juin 2014 (Cadre service civique)

 

Une Expérience Unique

Loin la Namibie des dunes de Sossusvlei et du parc d’Etosha, dont j’étais tombée sous le charme en tant que touriste l’année précédente, j’ai découvert un autre visage de la Namibie à travers  six semaines passées avec Peri Naua, dans l’école d’Otjiwarongo.
Ici, on chante, on apprend, on parle anglais, on s’écoute, on partage, on joue, on respecte les règles, et on grandit. Ces enfants qui semblent ne pas avoir grand-chose sont riches d’une vie à construire dans un pays qui lui aussi doit encore grandir. Ihemba, Charliza, Betuel, Angela, Prince, Romanda, Eshuel et tous les autres, cette Namibie de demain, c’est vous. En tant que maîtresse, ici, en France, j’aimerai avoir à chaque rentrée une classe d’enfants comme vous, respectueux et avides d’apprendre, généreux.
Tous les matins, après avoir enfourché mon vélo pour avaler les quelques km qui me séparaient de l’école j’ai, du mieux que j’ai pu, aidé les enseignantes, déjà bien formées par le travail de plusieurs volontaires précédents : affinage des évaluations et des progressions, proposition d’activités pour les quelques enfants en difficulté, apport de nouvelles activités, comme l’écriture d’une histoire, fabrication d’un livre…
Alors, bravo Peri Naua, merci mille fois à Monique Escurat, la responsable de l’école, et mon hôte pendant ces six semaines pour son accueil et son investissement quotidien. Merci à Peri Naua qui m’a permis de vivre une expérience unique, riche de rencontre, d’humanité, de partage, de découvertes !


Anne juillet-Aout 2013

 

Une expérience inoubliable

Arrivée un peu par hasard au sein de l’association Peri Naua, j’ai eu le bonheur et la chance de partager le quotidien des enfants pendant 4 mois. Tout de suite adoptée par ces bouts de choux pas plus hauts que 3 pommes, j’ai vécu une expérience que je ne suis pas prête d’oublier.
Un peu perdue au milieu du township, l’école apparait comme un petit paradis pour ces enfants qui vivent dans des maisons en tôle ondulée et autres bouts de ferraille récupérés ici et là.
A mille lieux de ce que je pouvais imaginer, les enfants m’ont touchée par leur état d’esprit et leur force de caractère. Toujours à la recherche d’attention, ils ne demandent rien de plus que de l’affection.
Ils n’ont rien à offrir mais pourtant ils m’ont tellement apporté ; tantôt maitresse, tantôt copine de jeux, loin de mon confort parisien, ma place au sein de l’école était un peu confuse mais qu’importe : toute aide est la bienvenue à Peri Naua ; même une simple visite ravira les enfants pour la journée.
J’ai également eu la chance de pouvoir rencontrer certains parents et grands parents, ce qui m’a permis de comprendre un peu mieux d’où venait ce coté « casse-cou » que j’ai retrouvé chez les enfants.
J’espère avoir la chance un jour de revenir pour voir ce que sont devenus mes petits élèves, si Teophilus est toujours aussi timide, si Kenneth arrive toujours à l’école avec son paquet de chips à 7h du matin, si Reinhardine dessine toujours aussi bien, si Ihemba a toujours ce déhanché de folie …
Pour finir, je tiens à remercier Monique qui m’a intégrée dans l’école et qui m’a permise de vivre cette magnifique expérience. Je tiens surtout à la remercier pour la chance qu’elle offre à ces enfants, afin qu’ils puissent un jour quitter le township pour de bon.

Hiu – Septembre- Décembre 2012

 

Une riche expérience

Au cours d’un voyage, on ne s’attend pas à ce que l’on va vivre, on ne prévoit pas ce que l’on va apprendre. Le méconnu surprend… et pourtant… l’inattendu était au rendez-vous…
Loin des bancs de l’école d’architecture, j’ai souhaité réaliser un projet de bénévolat dans l’éducation, un domaine qui me tient à cœur.
Peri Naua m’a offert l’opportunité de m’investir au sein d’un réseau déjà bien ancré en Namibie. Grâce à la précieuse aide des bénévoles sur place, mon séjour a été renforcé ; m’imprégner de la culture locale, des différents modes de vie namibiens, des paysages intensément surprenants, des réalités humaines africaines…

Mon objectif premier a été de réaliser un reportage sur les actions entreprises par Peri Naua en Namibie, notamment sur l’école maternelle PERI NAUA installée à Otjiwarongo.  Je n’ai pas su résister au charme des enfants… Leur joie de vivre, leur naturel, leur spontanéité, leur avidité d’apprentissage et de découverte, leur curiosité… Toutes ces qualités d’enfance se trouvent encore plus renforcées dans ce pays contredit par son histoire encore présente. Le pays souffre mais les enfants sont l’avenir et l’espoir.
Peri Naua…
Pauvres mais riches…des sentiments d’impuissance et de colère face à cette injustice. Pourtant, la joie de vivre de ces enfants est une réelle motivation.
Cette expérience a été riche en apprentissage et en ouverture d’esprit. A la suite d’une telle aventure, nous ne pouvons rester insensibles… nous ne serons plus tout à fait les mêmes… MERCI A EUX !


Pauline  - 26  Septembre – 29 Novembre 2012

 

Quelle aventure !

J'ai fait parti des volontaires de l'été 2012. Avec mes camarades, nous avions une mission commune : participer à la rénovation de l'école PERI NAUA à Otjiwarongo. Nous avons uni nos forces pour mener à bien cette mission. Ce fût un périple extraordinaire, loin du monde contemporain que nous connaissons en France, j'ai pu découvrir un pays, des paysages, des cultures et des peuples riches et tellement simples à la fois. J'ai fait la rencontre de personnages formidables, merci à Monique pour son accueil chaleureux et son accompagnement durant ces deux mois, merci à Anne-Laure pour sa confiance, merci à Nathalie et Alexander pour leur disponibilité. PERI NAUA réalise un travail remarquable auprès de tous ces enfants. Grâce à vous et à tous vos soutiens, ces petits bouts de choux ont la chance de s'évader de leur ghetto, de rêver à un avenir meilleur. Accéder à l'éducation est le fer de lance de l'accomplissement de soi.

Mehdi – Juillet Aout 2012

 

Une expérience merveilleuse

                                       
Le projet avec les tapis à histoires a déjà été présenté dans une autre rubrique, et j’ai pu vivre par ailleurs  des situations et des rencontres fort intéressantes.
La machine à coudre prêtée par Nathalie NOSJEAN a permis d’ajouter au confort des enfants à l’école : housses pour tapis de sieste, coussins de sol, marionnettes pour les enseignantes et torchons à vaisselle ont donné lieu à des moments de  partage avec la maman de Charliza …
La rencontre de la directrice de l’école namibienne fut très enrichissante : lien entre nos deux structures scolaires pour préparer l’entrée en Grade One de la première cohorte d’élèves qui allaient quitter notre école en décembre 2011 et mise en évidence des pré-requis nécessaires pour préparer au mieux à leur entrée à la grande école. Plus que tout, la pratique aisée de la langue anglaise est pour eux un facteur de réussite, nous n’en doutions pas !
J’ai accompagné Monique dans les courses quasi quotidiennes de l’école, du sel de cuisine au paillasson d’entrée, de la ramette de papier à l’essuie-tout, en prévoyant aussi la viande du mercredi et le repas du matin.
J’ai rencontré Peter de la Clay House, au cours des démarches menées par Monique pour réparer l’enduit des murs après la saison des pluies, établir un devis de construction du préau et en trouver le financement, pour en admirer la réalisation finale sur les photos récentes
de Monique !
Nous nous sommes rendues à l’école privée anglaise d’Otjikondo, située à près d’une heure et demi d’Otjiwarongo, et l’accueil y fut chaleureux et la visite instructive. On saisit alors comment toutes actions menées en ce sens par les associations, dont Péri Naua, participent au Mieux Vivre et au Bien Apprendre de ces enfants. Le trajet en voiture fut également un grand  moment de plaisir avec les paysages et la faune de Namibie.
Quelques ballades à pied nous ont menées sur les hauteurs du Waterberg pour y vivre des instants de paix, presque de méditation. Dans la propriété d’un guesthouse proche, nous avons encore profité du spectacle des nids de tisserins, des escapades gracieuses des impalas, du regard surpris d’un waterboek et des gonoleks, magnifiques petits oiseaux noirs et rouges qui s’approchent au plus près …Un grand merci encore à celles qui m’ont aidée à préparer et à mener sur place cette magnifique mission !

Annick - 20 Mai-14 Juin 2011

 

Une aventure humaine

Dans le cadre d’un stage à l’étranger, j’ai passé deux mois en tant que volontaire à l’école d’Orwetoweni en Namibie. Loin des superbes paysages de cartes postales, j’ai découvert les quartiers défavorisés et les abris de fortune. L’école maternelle de Peri Naua apparaît comme un îlot de couleurs au milieu d’une mer de tôles.
Ma mission reposait sur deux axes principaux : l’apprentissage de l’hygiène dentaire et la mise en place d’un jardin pédagogique. Il a fallu beaucoup moins de temps aux enfants pour adopter leur brosse à dents qu’il ne m’en a fallu pour venir à bout du carré de terre ! Nous avons aussi trouvé (de justesse) le temps de construire une structure de jeux extérieurs.
Ce projet d’école maternelle est, à mes yeux, une vraie réussite. Cela est du en grande partie au travail quotidien de Monique et à l’aide ponctuelle des volontaires spécialisés dans la formation des maîtres. Les institutrices aiment les enfants et ont gardé intacte l’envie d’apprendre et de se former.
Cette expérience a été pour moi très enrichissante car j’ai rencontré et échangé avec des individus de cultures différentes. Je ne peux que conseiller vivement à toute personne intéressée (avec ou sans formation à la pédagogie) de se lancer dans cette aventure humaine. Je n’oublierai jamais le sourire et la joie de vivre de ces enfants. Je tiens à remercier tout particulièrement Monique et Nathalie pour leur accueil chaleureux et leurs actions au profit de l’association.
Mathieu, Juillet/Août 2010

 

Une découverte

Cette mission s’est déroulée dans d’excellentes conditions, tant sur le plan des relations humaines que sur le plan matériel. J’ai beaucoup apprécié le travail à l’école qui s’est fait dans un climat de confiance.
Je remercie  Monique qui a su m’accueillir chaleureusement et avec qui j’ai pu, à tout moment, parler des problèmes rencontrés et échanger sur le devenir de cette école, ce qui m’a considérablement aidée à prendre rapidement la mesure des réalités.
Elle a été constamment à l’écoute de mes souhaits pour cette classe et a su me donner les moyens financiers pour les réaliser, et tout cela dans un climat de confiance et de complicité.
Je souhaite que ce projet puisse se pérenniser dans l’intérêt des enfants qui se sont montrés magnifiquement vivants, intéressés et souvent performants malgré leurs conditions extrêmement difficiles de vie au quotidien.

Dominique, 10 janvier au 23 avril 2010

 

Peri Naua, une expérience extraordinaire au sein du peuple namibien

Partager le quotidien de ces enfants a été une aventure forte que je ne suis pas prêt d'oublier ! A des années lumière de ma formation, Peri Naua m'a permis de participer à son projet d'aide au développement de l'éducation en Namibie.
Avec l'aide du réseau de bénévoles en France et sur place, j'ai pu contribuer à ce grand projet, en apportant un soutient matériel et pédagogique aux écoles parrainées. J'ai donc vécu six mois inoubliables en Namibie où j'ai appris les valeurs d'un des peuples namibiens (Nama-Damaras), ainsi que découvert les somptueux paysages qui composent ce pays. Deux ans après le retour de cette aventure je n'ai qu'un seul souhait ; économiser suffisamment pour pouvoir y repartir !
Florent

 

Quatre mois à Ondundu, petit village proche de la ville minière de Tsumeb

Je suis partie de février à fin mai 2004 pour aider au fonctionnement de l'école maternelle d'Ondundu. Je suis maîtresse d'école et j'ai découvert un pays riche et pauvre à la fois, une population très accueillante et des gens prêts à s'investir pour aider les enfants. Adaptation est le mot qui me vient à l'esprit lorsque je pense à ma mission ; ne serait-ce qu'au sujet de la sécurité ! Par exemple, les enfants ont pris beaucoup de plaisir et se sont investis au nettoyage de la cour ; j'avais repéré du verre cassé et je voulais le retirer et bien, ils m'ont magnifiquement aidé alors que je craignais pour eux ! Aucun blessé et une cour idéale pour se poursuivre, sauter, s'amuser ! Plein d'autres souvenirs, petits détails qui m'ont touchés et qui me font encore rêver et me donnent envie d'y retourner… Pays qui reste à découvrir pour ses paysages si divers et à peine entrevus, pour ses habitants généreux et disponibles ! Les enfants sont vifs, et avides d'apprendre. C'est un réel bonheur de leur proposer des activités car ils sont très enthousiastes !
Christelle, février à mai 2004